Source : The Role of Pesticides in Parkinson’s Disease

Written By Michael Greger M.D. FACLMon May 9th, 2019

Dans la description originale de la maladie de Parkinson faite par le Dr James Parkinson lui-même, il décrivait un trait caractéristique de la maladie: la constipation, qui peut précéder le diagnostic de nombreuses années. En fait, la fréquence des selles peut être prédictive. Les hommes ayant moins de selles par jour étaient quatre fois plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson 12 ans plus tard en moyenne. Cela pourrait être simplement un symptôme très précoce de la maladie liée à une diminution de la consommation d'eau. Cependant, de nombreux patients atteints de la maladie de Parkinson ont déclaré ne jamais se sentir vraiment la soif, ce qui a peut-être conduit à la constipation. "Alternativement, on peut penser que la constipation augmente également le risque de contracter la maladie de Parkinson, car la constipation a pour effet de prolonger la durée de séjour des selles dans l'intestin et donc d'absorber davantage de neurotoxiques", les neurotoxines de l'alimentation.


Deux études suggèrent un lien entre la constipation et la maladie de Parkinson, mais dans le même temps, 38 études associent la maladie à l’exposition aux pesticides et, à ce jour, plus de 100 études associent les pesticides à un risque accru pouvant aller jusqu’à 80%.


Nombre de ces études portent sur l’exposition professionnelle, comme celle des travailleurs agricoles, qui pourraient réduire leur risque de Parkinson en portant des gants et en lavant leurs vêtements, mais la maladie de Parkinson a également été liée à une exposition ambiante. Aux États-Unis, où environ un milliard de livres de pesticides sont appliqués chaque année, le simple fait de vivre ou de travailler dans des zones très arrosées peut accroître le risque de Parkinson. C’est la même chose avec l’utilisation de pesticides à la maison. Je ne savais pas à quel point les pesticides domestiques étaient utilisés couramment, et une étude de UCLA suggère que ce ne serait peut-être pas une si bonne idée.


Les pesticides peuvent provoquer des mutations de l’ADN qui augmentent la susceptibilité à la maladie de Parkinson ou jouent un rôle plus direct. De nombreuses maladies neurodégénératives semblent être causées par l'accumulation de protéines mal repliées. Dans Alzheimer, c’est la protéine bêta-amyloïde; chez Creutzfeldt-Jakob et la maladie de la vache folle, il s’agit de prions; dans Huntington, c’est une protéine différente; et dans la maladie de Parkinson, c’est une protéine appelée alpha synucléine. Une variété de pesticides - 8 sur 12 testés par les chercheurs - ont été en mesure de déclencher l’accumulation de synucléine dans les cellules nerveuses humaines, du moins dans une boîte de Pétri, bien que l’étude ait été rétractée depuis, de sorte que les résultats ne sont pas encore clairs.

L'accumulation de synucléine peut jouer un rôle dans l'élimination des cellules nerveuses spécialisées dans le cerveau, dont 70% peuvent avoir disparu lorsque les premiers symptômes apparaissent. Les pesticides sont tellement efficaces pour tuer ces neurones que les chercheurs les utilisent pour tenter de recréer la maladie de Parkinson chez les animaux. Est-il possible d'arrêter le processus? À ce jour, il n’existe pas encore de médicaments pouvant empêcher cette agrégation de protéines. Qu'en est-il des phytonutriments flavonoïdes, des composés naturels présents dans certains fruits et légumes? Les flavonoïdes peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique et avoir des effets neuroprotecteurs. Les chercheurs ont donc testé 48 composés végétaux différents pour voir si l'un d'entre eux pourrait arrêter l'agglutination des protéines de la synucléine dans les petites fibres qui obstruent la cellule. Et, en effet, ils ont trouvé une variété de flavonoïdes qui peuvent non seulement inhiber la formation de fibres de synucléine ressemblant à une toile d'araignée, mais certains pourraient même les dissocier. Il s'avère que les flavonoïdes peuvent en fait se lier aux protéines de la synucléine et les stabiliser.

Dans ma vidéo Baies vs. Pesticides dans la maladie de Parkinson, vous pouvez voir les cellules nerveuses en bonne santé et les neurites, les bras qu’ils utilisent pour communiquer entre eux. Toutefois, après avoir été exposé à un pesticide, vous pouvez voir comment la cellule est endommagée et les bras rétractés. Mais, si vous incubez d'abord les cellules nerveuses avec un extrait de myrtille, la cellule nerveuse semble mieux en mesure de résister aux effets des pesticides. Cela signifie donc que les flavonoïdes dans notre alimentation peuvent combattre la maladie de Parkinson au moment où nous parlons, et une alimentation saine peut être efficace pour prévenir et même traiter l’affection. Cependant, toutes ces expériences concernaient des boîtes de Pétri en laboratoire. Existe-t-il des preuves que les personnes qui mangent des baies sont protégées contre la maladie de Parkinson?

Une étude publiée il y a assez longtemps a suggéré que la consommation de bleuets et de fraises était protectrice, mais que c'était une étude minuscule et que ses résultats n'étaient pas statistiquement significatifs. Néanmoins, c'était le meilleur que nous ayons… jusqu'à maintenant. Dans une étude plus récente, les personnes consommant une variété de phytonutriments étaient moins susceptibles de développer la maladie de Parkinson. Plus précisément, une consommation plus élevée de baies était associée à un risque significativement plus faible. L’éditorial d’accompagnement, intitulé «Une pomme par jour pour prévenir la maladie de Parkinson», concluait à la nécessité de recherches supplémentaires, mais, jusqu’à présent, «une pomme par jour pourrait être une bonne idée». Bien sûr, cela vient d’un homme. Les pommes semblaient offrir une protection contre la maladie de Parkinson chez les hommes, mais pas chez les femmes. Cependant, tout le monde semblait profiter des baies.


Nous ne voulons peut-être pas que nos fruits soient accompagnés de crème, car le lait peut être contaminé par le même type de résidus de pesticides neurotoxiques que ceux trouvés dans le cerveau des victimes de la maladie de Parkinson.

heloise pilon